Via Ferrata en Ardèche

En Ardèche et Lozère : Passerelle de la Via ferrata de Villefort

En Ardèche, la montagne pour tous! Aborder la verticalité avec un minimum de technique…

La Via Ferrata, c’est quoi ?

La Via Ferrata (nom d’origine Italienne) est un itinéraire sur roche équipé de différents agrès spécifiques (câble, d’échelons, de pont de singe, tyrolienne et de passerelles à caractères aériens et parfois acrobatique).

Les sensations procurées sont voisines de celles de l’Escalade. Un aspect ludique pour la découverte de la verticalité et de paysages magnifiques où la roche est la matière première.

Quel niveau ?

Le niveau de difficulté de la via ferrata peu varier selon plusieurs critères :

  • la verticalité: Varie selon l’inclinaison du rocher (déversant, dalleux, crêtes), l’accès plus ou moins technique.
  • L’engagement / l’envergure : Varie selon les possibilités de faire des poses, présence ou non d’échappatoires et le temps de parcours (approche, grimpe, retour)

Echelle de Cotations :
F (facile), PD (peu difficile), AD (assez difficile), D (difficile), TD (très difficile), ED (extrêmement difficile)

Pour vous facilité votre choix, nous avons établis des Codes Couleurs comme pour le canyoning : Via Ferrata VERT, BLEU, ROUGE, NOIR.

Location matériel Via Ferrata

Vous pouvez également louer notre matériel de via ferrata* sur Aubenas.
(Voir Tarif et conditions de location d’un kit de Via Ferrata)

* La location du matériel requiert d’avoir une expérience au préalable de l’activité.

 

Un peu d’histoire :
Contrairement à ce que l’on entend beaucoup, la via ferrata n’est pas née dans les Dolomites pendant la guerre de 14-18. Les militaires ont bien aménagés les montagnes italiennes pour des raisons stratégiques, mais ils n’ont fait que réutiliser les techniques mises au point 70 ans auparavant en Autriche.
C’est en effet à Hoher Dachstein, en 1843, que l’on voit apparaître la première via ferrata à caractères touristique. Elle sera suivie par plusieurs réalisations dans les années 1880, puis, en 1903, par le fameux équipement de l’arête ouest de la Marmolada, plus haut sommet des Dolomites, à 3343 mètres d’altitude (l’un des itinéraires les plus fréquentés encore aujourd’hui).
En 1988, apparaît la première via ferrata française à Freissinières, créée à l’initiative de Lionel Condemine, un guide local. Suivit par d’autres itinéraires : l’Aiguillette du Lauzet, les Vigneaux…
(Source : viaferrata.net)